La check-list de la campagne d’Emailing : 8 choses à vérifier avant de cliquer sur « Envoyer »

Lorsque vous remarquez, après avoir envoyé un email, une erreur grossière (un lien important qui ne fonctionne pas, les champs de fusion qui ne marchent pas, une faute d’orthographe honteuse), vous savez que vous n’allez pas passer une bonne journée.

Je le sais d’expérience car j’ai déjà pas mal d’erreurs embarrassantes à mon actif !😅

On peut éviter cet embarras en développant une check-list. Au cours de l’Histoire, plusieurs corps de professionnels (pilotes ou chirurgiens par exemple) se sont servi de check-lists pour améliorer leur efficacité, réduire leur stress et accélérer leur processus de travail. C’est un outil très efficace !

Dans cet article, nous allons voir une check-list d’email marketing simple que vous pouvez utiliser la prochaine fois que vous lancerez une campagne pour éviter toute erreur humiliante.

1/ Votre Sujet est-il efficace ?

Le Sujet est l’un des facteurs essentiels du taux d’ouverture de vos emails, et est aussi crucial que les titres d’articles et de publicités. Un sondage récent effectué par Litmus and Fluent indique que 34% des personnes interrogées considèrent que Sujet des emails est LE facteur déterminant pour savoir s’ils vont ouvrir un email ou non.

Avant d’envoyer votre email, vérifiez donc si votre Sujet remplit les conditions suivantes :

  • Longueur : Ne dépassez pas les 50 caractères.
  • Pertinence : Le Sujet doit être lié au contenu de votre email. N’essayez pas de tromper vos lecteurs.
  • Intérêt : Le Sujet doit retenir l’attention du destinataire. Pensez à poser des questions, à jouer avec la curiosité, ou à utiliser des impératifs comme “Vous devez lire ceci” ou des émojis qui augmenteront vos taux d’ouverture d’email.

2/ Envoyez-vous votre mail au bon public ?

Vos campagnes d’email marketing touchent sûrement plusieurs segments et audiences distinctes. Vous devez ainsi vérifier si vous envoyez vos emails aux bonnes personnes avant de lancer votre campagne.

Pour commencer, assurez-vous d’utiliser des segments basés sur toutes les données démographiques, comportementales et psychographiques disponibles. Vous pouvez utiliser ces données pour personnaliser vos campagnes (nous en parlerons davantage plus tard).

Vos emails devraient aussi tenir compte des spécificités de chaque segment. Par exemple, une campagne d’emails ciblant les clients habituels peut inclure des messages concentrés sur votre marque, vu qu’ils sont déjà familiers avec celle-ci, tandis qu’une campagne ciblant les nouveaux clients et les prospects ne devrait pas le faire.

Enfin, vérifiez si votre email sera reçu par des personnes qui sont déjà dans une séquence automatisée. Si c’est le cas, réfléchissez bien car il est possible qu’elles reçoivent plusieurs emails avec des messages contradictoires.

3/ Avez-vous choisi le bon horaire ?

Même si vous utilisez un logiciel qui détecte les fuseaux horaires de vos destinataires et envoie vos emails à leur heure locale, vous devez quand même choisir le bon jour et la bonne heure pour garantir un bon taux d’ouverture. Bien que vous devriez effectuez des tests pour trouver l’heure qui correspond à votre liste de destinataire, une méta-analyse de CoSchedule suggère que les heures idéales pour l’envoi d’un email sont :

1. 10h
2. 20h-00h
3. 14h
4. 6h

En ce qui concerne les jours, l’idéal semble être entre les mardis et les jeudis.

Peu importe le timing spécifique que vous choisissez, ce qui compte vraiment c’est votre disponibilité à répondre aux éventuelles questions de vos destinataires. N’envoyez pas une annonce importante pendant la nuit ou le week-end si les destinataires ne peuvent pas vous joindre rapidement après.

4 : Avez-vous correctement paramétré la personnalisation ?

La personnalisation est la clé pour créer une connexion particulière avec ses destinataires. Voir son nom ou le nom de son entreprise dans un email a un effet au moins rassurant.

Le problème avec la personnalisation, c’est que celle-ci requiert un paramétrage précis. Des données manquantes ou un champ dynamique mal inséré mènent à des situations embarrassantes et peuvent même générer de l’hostilité (si vous avez déjà reçu un “Bonjour, {FNOM!” dans un email, vous savez exactement de quoi je parle).

Lorsque vous analysez la personnalisation de votre email, vérifiez :

  • L’existence des données client basiques : assurez-vous d’avoir les bonnes données à utiliser dans vos champs dynamiques. Les prénoms, noms et noms d’entreprises devraient être obligatoires dans vos formulaires d’abonnements pour que vous puissiez ajouter des éléments de personnalisation dans vos emails marketing.
  • Un formatage correct pour les champs de fusion/champs dynamiques : si vous ajoutez les champs dynamiques vous-même, assurez-vous de les écrire et de les insérer correctement; vérifiez les espaces, les virgules et les autres problèmes de formatage que le champ dynamique pourrait causer.

5/ Votre email est-il persuasif ?

Le contenu de votre email est le cœur de votre campagne. Vous devez le voir comme une publicité, plus personnelle, certes, mais tout aussi persuasive.

Relisez le contenu de votre email en gardant en tête son objectif – par exemple, une campagne ciblant les nouveaux abonnés aura un message différent d’une campagne ciblant les clients habituels – et faites les changements appropriés.

Les trois aspects à retrouver dans votre mail sont :

  • La clarté : Votre email doit être clair. Supprimez les mots ou les phrases superflus qui éloignent le lecteur du message principal. Faites des paragraphes de trois phrases ou moins.
  • La persuasion : Voyez si votre mail pousse à l’action désirée. Est-ce que chaque phrase mène à la suivante, et enfin à l’appel à l’action ? Pour cela, vous pouvez structurer votre email selon la méthodologie A.I.D.A (Attention – Intérêt – Désir – Action)
  • L’utilité : Personne n’aime recevoir des emails inutiles. En partant du principe que vous avez choisi la bonne audience, votre email devrait être clairement utile pour le lecteur. Qu’est-ce que vous essayez de dire à votre destinataire ? Est-ce que le contenu de l’email clarifie un point ou l’aide ? Autrement dit (même si je n’aime pas trop ce terme) : est-ce que votre email apporte de la valeur ?

6/ Est-ce que votre email comporte des fautes de grammaire ou d’orthographe ?

La grammaire règne partout. En tout cas, elle règne sur le contenu, et cela inclut les emails. Vous devez ainsi éviter toute faute, y compris concernant :

  • La clarté
  • La grammaire
  • La ponctuation
  • L’orthographe
  • Le ton

Attendez une journée après avoir écrit votre email, et relisez-le. Encore mieux, envoyez-le sur votre adresse email et lisez-le comme s’il venait d’un inconnu. Est-ce que les phrases se suivent naturellement ? Voyez-vous de grosses fautes ? Est-ce que votre ponctuation suit le guide stylistique de votre entreprise ?

Il est courant de voir des erreurs dans les emails test que vous survolez. Parfois, il suffit de voir l’email dans le bon contexte – en tant que lecteur, et non en tant qu’auteur. Nous recommandons aussi la relecture par d’autres membres de votre équipe ou de votre famille, qui pourront ainsi vous corriger et vous faire des suggestions.

7/ Y a-t-il des problèmes de formatage et d’accessibilité ?

Le design de votre email doit être une problématique secondaire. La plupart des entreprises utilisent des designs minimalistes avec peu d’images, car trop d’éléments de design risquent de distraire le lecteur.

Relisez votre email et repérez les problèmes importants concernant le formatage, y compris :

  • Le contraste entre les éléments : Est-ce que votre contenu se distingue de l’arrière-plan et se distingue d’une section à une autre ?
  • La taille de police : Les suggestions vont de 12p à 16p max.
  • Les espaces entre les éléments : Les marges et le remplissage entre les titres et le texte devraient être cohérents. Évitez les gros espaces superflus entre vos éléments.

Même si le formatage de votre email vous semble bon, les appareils, logiciels et navigateurs de votre abonné ne l’afficheront peut-être pas correctement. Pour repérer tout problème d’accessibilité, testez vos emails avec des outils comme Litmus ou Mailtrap, et corrigez les problèmes qui apparaissent.

8/ Votre email contient-il un élément qui le classifiera en tant que spam ?

Si vous envoyez un email commercial, vous devez connaître la législation en vigueur concernant les prises de contacts commerciales des entreprises. Les obligations de celles-ci comprennent:

  • L’inclusion d’une adresse postale valide
  • Éviter toute information falsifiée dans les lignes “De”, “À”, “Répondre à”, la ligne de sujet ou les informations de routage
  • L’indication du sujet de l’email
  • L’indication d’un bouton “Se désabonner”

 

Le non-respect des obligations légales peut mener à des amendes, voire à des sanctions pénales (RGPD). Les logiciels d’email marketing peuvent ajouter ces informations automatiquement, mais une vérification ne fait jamais de mal.

Nous recommandons aussi grandement d’étudier des listes de déclencheurs de spam, qui sont des mots qui provoquer une redirection de votre mail vers le dossier “Courriers indésirables”.

Conclusion

Lorsque vous écrivez un email, vous voulez mettre toute votre énergie dans la conception d’un message ergonomique et à haute valeur ajoutée pour vos lecteurs.

Cette check-list vous aidera à vous concentrer sur ce qui est le plus important – éblouir vos abonnés avec votre contenu – tout en évitant les erreurs.

Non classé Projet CRM Prospection Zoho CRM
Previous reading
La check-list de la campagne d’Emailing : 8 choses à vérifier avant de cliquer sur « Envoyer »
Next reading
10 statistiques surprenantes et les bonnes pratiques prospection/vente à en tirer